Pour une Suisse ouverte, prospère et interconnectée et pour la poursuite des accords bilatéraux, gages de succès.

En cette période difficile, «progresuisse» souhaite promouvoir un débat riche et constructif sur la portée de l’accord-cadre et l’avenir du partenariat de la Suisse avec l’Europe. Nous sommes profondément convaincus que la voie bilatérale est un outil idéal, qu’il convient de renforcer et de développer pour préserver les intérêts de la Suisse en Europe. L’absence d’accord-cadre n’est pas une option pour la Suisse.

Le Conseil fédéral met un terme aux négociations sur l’accord-cadre. Pourquoi ?

26.5.2021 – C’est avec consternation que «progresuisse» prend acte de la décision du Conseil fédéral de rompre les négociations avec l’UE sur l’accord-cadre après sept ans de dialogue. Le Conseil fédéral connait les conséquences négatives pour la Suisse et prend ces risques en toute connaissance de cause. Il est également conscient du fait que l’accord-cadre bénéficie d’un soutien bien plus important que ce que l’on pensait jusqu’à récemment. Se posent dès lors deux questions : Pourquoi a-t-il mis un terme aux négociations ? Comment compte-t-il poursuivre ?

Lire notre prise de position

« Les dirigeants de notre pays doivent mettre un terme à leur passivité active » – Les résultats du sondage sont un signal d’alarme pour le Conseil fédéral et les directions des partis. 

10.5.2021 – Deux enquêtes représentativesur l’accord-cadre réalisés en l’espace de six mois révèlent une adhésion claire tant au niveau de l’économie que de la société. En même temps, le Conseil fédéral laisse entendre que le traité n’a aucune chance devant le peuple. Les directions des partis le soutiennent et les associations économiques attendent. Les cris des opposants s’essoufflent. Un fossé flagrant se creuse entre les dirigeants de notre pays et la population. Il est désormais grand temps de poursuivre la négociation de l’accord en faisant preuve de bonne volonté et avec des approches constructives. C’est là que progresuisse veut jouer un rôle fondamental et constructif. 

Lire notre prise de position

Là où il y a une volonté politique, il y a une voie bilatérale – appel au Conseil fédéral

19.4.2021 – Nous appelons le Conseil fédéral à terminer les négociations concernant l’accord-cadre en faisant preuve de bon sens politique et à respecter les processus démocratiques nationaux: pour un avenir prospère de la Suisse et dans l’intérêt des jeunes générations.

Lisez l’appel au Conseil fédéral ici

« L’UE n’est pas parfaite, mais elle est notre meilleure partenaire. Garantir l’accès au marché par un accord-cadre est surtout avantageux pour la Suisse. Nous avons besoin de cet accord-cadre pour garantir l’accès au marché et pour consolider et développer la voie bilatérale. »

Doris Leuthard, Entrepreneure et ancienne conseillère fédérale

Les grands gagnants du marché intérieur de l’UE sont les petits pays à la vision internationale et très actifs au niveau commercial (comme la Suisse).

Dominic Ponattu, Bertelsmann-Stiftung

Pour une Suisse interconnectée avec l’UE et tournée vers l’avenir.

  • «progresuisse» donne voix au chapitre aux forces constructives qui souhaitent des relations stables et durables avec l’UE. La défense et le renforcement du modèle suisse, fondé sur la liberté, la sécurité juridique, l’ouverture, la performance et la responsabilité personnelle, nous rassemblent.
  • «progresuisse» souhaite, en cette période critique, stimuler un débat substantiel et constructif sur la portée de l’accord-cadre et sur l’avenir du partenariat européen et s’y investir de manière constructive et progressiste.
  • «progresuisse» s’engage en faveur d’une interconnexion internationale, notamment de la coopération européenne en matière de recherche et d’enseignement, car ce sont des facteurs essentiels de succès pour la place scientifique suisse.
  • «progresuisse» souhaite une Suisse progressiste et interconnectée avec l’UE, dans laquelle les jeunes générations notamment pourront se façonner un avenir prospère.
  • À long terme, l’incertitude qui règne dans nos relations avec l’UE nuisent à la recherche, à l’économie et à la société civile.
  • L’absence d’accord-cadre n’est pas une option pour la Suisse : «progresuisse» demande donc au Conseil fédéral de se remettre au travail afin de clarifier et de préciser la portée de l’accord-cadre.

Lettre ouverte au Conseil fédéral in corpore: Les sciences et l’éducation ont besoin d’une relation fiable avec l’UE

L’organisation Reatch (Research and Technology Switzerland) demande au Conseil fédéral de s’engager en faveur des perspectives d’avenir de nos élèves, apprenti·e·s et étudiant·e·s et de promouvoir la collaboration internationale en matière d’éducation et de recherche scientifique.

Soutenez la lettre ouverte au Conseil fédéral ici !

N’est pas souverain celui qui refuse de s’engager, mais celui qui reconnaît son interdépendance et qui la gère par le biais d’une coopération contractuellement réglementée.

Jean-Daniel Gerber, Président de la Plateforme Suisse – Europe (P-S-E)

Bilateraux faits et chiffres

Les marchés sont comme des parachutes : ils ne fonctionnent que lorsqu’ils sont ouverts.

Helmut Schmidt, ancien Chancelier allemand